Frelon asiatique

Rappel sur le frelon asiatique

Vespa Velutina a été introduit en France par le commerce de poteries chinoises. Le climat étant similaire à celui des forêts chinoises, il s'est très bien adapté à notre pays. Signalé en 2004 dans le Lot et Garonne, il est depuis arrivé jusqu'en Belgique.

Bien reconnaitre notre Frelon européen à celui d'Asie

Il a le thorax brun noir et le quatrième segment est presque entièrement jaune orangé. Tandis que le frelon européen a le corps recouvert de tâches rousses, noires et jaunes avec un abdomen entièrement jaune rayé de noir.

En Europe, il n'existe pas de prédateurs ou de régulateurs de ce frelon.

 

Pourquoi s'acharne t'il sur nos abeilles?

  • Alors que les abeilles se nourrissent de pollen, vespa velutina se nourrit de protéines qu'il trouve dans la chair des insectes, et donc les abeilles.

Méthode d'attaque

  • Il agresse ses proies en les attendant en vol stationnaire devant la ruche, les décapite, les dépèce et ramène le thorax riche en protéines pour nourrir ses larves. Un frelon asiatique tue une abeille en quelques minutes ; si plusieurs frelons s'y mettent, ils peuvent détruire une ruche en peu de temps. 

Comment se comporte l'abeille en chine face à ce prédateur?

  • Les abeilles ont développé une technique pour stopper ces invasions meurtrières : elles entourent le frelon et battent des ailes, ce qui a pour conséquence d'augmenter la température de la ruche : Arrivé à 45 °C, le frelon meurt d'hyperthermie. Si cette technique est très efficace, en revanche trop répétée elle affaiblit la colonie car elle demande beaucoup d'efforts et détourne les ouvrières de leur travail.

 

 

Le Frelon Asiatique ou Frelon à pattes jaunes, Il est temps de piéger les fondatrices pour limiter la pression sur les ruches cet été.

Arrivé en France en 2004 dans des conteneurs de poteries Chinoises dans le Lot et Garonne via le port du Havre, il n’a cessé sa progression depuis à une vitesse de 60 km/an (voir la carte si dessous). Ce premier constat pose le problème de l’arrivée de nouvelles espèces nuisibles via les échanges économiques internationaux on peut site comme autre exemple le moustique tigre…

Les moyens de lutte sont dérisoires face à l’appétit vorace du Frelon Asiatique, il faut savoir qu’un frelon asiatique rapporte à son nid jusqu’à 80 abeilles par jour qu’une colonie de frelon asiatique compte jusqu’à 4000 individus soit potentiellement 320 000 abeilles tuées par jour et qu’une colonie d’abeilles comporte à la belle saison environ 50 000 individus. L’installation d’une colonie de frelons Asiatiques à proximité d’un rucher c’est la mort assurée des ruches avant l’automne. On peut citer :

- Le piégeage mécanique au printemps et à l’automne des reines fondatrices grâce à des pièges type piège à guêpe équipés d’appâts sélectifs (mélange de vin blanc, bière et sirop de cassis) et munis de trous de diamètres adéquates pour ne pas piéger d’autres espèces d’insectes.

- Les appâts empoisonnées avec un insecticide de la classe des régulateurs inhibiteurs de croissance qui inhibent la synthèse de la chitine des jeunes larves inhibant de ce fait la synthèse de leur exosquelette constitué de la dite chitine semble donner de très bons résultats temps en terme d’efficacité rapide (destruction en moins d’une semaine de la colonie) mais aussi en terme de simplicité d’application. Nous attendons toujours l’homologation des appâts.

 - La lutte biologique étudie deux pistes :

Un ver nématode Mernithidé parasite du frelon asiatique et une plante carnivore Sarracenia Oreophila. Ces deux pistes sont encore au stade expérimentales et nécessitent encore de longues études avant d’être utilisées à l’échelle grandeur nature.

Malheureusement les autorités publiques ne semblent pas prendre ou vouloir prendre conscience de l’enjeu économique de ce fléau pour :

- Les apiculteurs avec la perte des colonies donc de récolte dans un contexte économique déjà difficile pour la filière apicole française.

- Les agriculteurs car l’abeille domestique est responsable de la fécondation de 40 % des fruits, légumes et oléagineux, le travail de pollinisation des abeilles en France a été estimer entre 2à 4 milliards d’euros.

- La santé publique avec les risques de piqûres pouvant entrainer la mort chez les personnes allergiques au venin d’hyménoptères, le caractère très agressif du frelon asiatique n’étant plus à démontrer.

La filière apicole réclame le classement en nuisible de catégorie 1 et non 2 du frelon asiatique ce qui obligerait les pouvoirs publics à agir pour le bien de tous.   

   

                                                                     P.RICHER

 

 

 

 

Rechercher sur le Site

Ruchers d'ici et d'ailleurs