Administrations Sanitaires

DGAL

Créé en 1987, ce service de l'Etat se concentre sur la sécurité alimentaire des produits. Elle assure la police sanitaire et coordonne les plans d'action en région en fonction des situations locales, ainsi que la gestion des urgences sanitaires. Actuellement, la DGAL a assuré « ne plus vouloir qu'un seul interlocuteur » au niveau départemental... La multiplicité des structures associatives apicoles aboutirait donc à une « impasse » sans la mise en place de la filière Apicole du GDS.

DDPP

Anciennement dite DSV (Direction des Services Vétérinaires), elle est un service de l'Etat dit « de services déconcentrés », qui ne dépend pas du département, mais agit dans le département (le 17). Son rôle majeur est de faire respecter la règlementation en vigueur, au travers de missions d'information et de missions de contrôle. Elle agit dans un but de prévention (éviter les transmissions de maladies, les contaminations animales mais aussi des productions animales – comme le miel- ..) mais agit aussi de manière « curative » lorsque les conditions l'imposent (délimitations de périmètres sanitaires etc.). L'élevage en général n'est qu'une partie de ses domaines d'implication.

Les associations sanitaires

Les Associations Sanitaires ont, en outre, obtenu l'établissement d'un PSE (Programme Sanitaire d'Elevage) leur permettant, via l'établissement d'ordonnances par le vétérinaire sanitaire de l'association, de commander et d'utiliser les MEDICAMENTS AUTORISES par AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) lorsque ceux-ci sont nécessaires. Ils s'attachent également à établir des plans de prophylaxie : mesures et techniques d'élevage visant à éviter tant que possible, ou du moins limiter, l'apparition de maladies au sein du rucher, et par là même d'éviter au maximum l'utilisation des médicaments. Les associations sanitaires peuvent bénéficier d'aides du conseil général, permettant entre autres d'obtenir les médicaments à moindre coût.

GDS

Créés en 1950, à l'initiative commune des éleveurs, de l'Etat et des vétérinaires, les GDS jouent le rôle d'intermédiaire entre les services sanitaires de l'Etat et les éleveurs (ici, donc, les apiculteurs).  Ils assurent la diffusion des informations sanitaires, des directives fournies par l'Etat (notamment en cas de maladies contagieuses), en étant « sur le terrain ». Leur action vise surtout à mutualiser, à mobiliser, à assurer le suivi sanitaire départemental par un accompagnement « positif » des éleveurs.

Rechercher sur le Site

Ruchers d'ici et d'ailleurs